Logo CPIE Midi-Quercy

Vous êtes ici : Accueil >> Environnement >> Rucher pédagogique >> Pyrale du buis : soyez vigilant et ne traitez pas chimiquement !

Pyrale du buis : soyez vigilant et ne traitez pas chimiquement !
Publié le 29 juin 2015
Arrivées en France vers 2008, en provenance d’Asie (Chine, Corée), les chenilles de ce papillon nocturne défeuillent les buis jusqu’à n’en laisser que le bois. Les générations successives de chenilles peuvent détruire un sujet sain de buis en une saison, ce qui implique une surveillance particulière des plantes dans les périodes à risques.

SYMPTOMES / DEGATS

Le buis attaqué est progressivement défeuillé sans qu’aucune feuille ne se retrouve au sol. Les vestiges de feuilles présents sur l’arbuste présentent des découpes dues aux chenilles. En grossissant les chenilles consomment la totalité du limbe voire même la nervure centrale.

Sur le plant attaqué, des toiles de fils de soie tissés, dans lesquels se trouvent des chenilles et leurs déjections, peuvent être observées. Les derniers stades larvaires sont assez gros pour être facilement vu à l’œil nu.

La défoliation de l’arbuste mène à son dépérissement rapide. Un arbuste peut être détruit en une saison. Ce ravageur est susceptible de poser de graves problèmes dans les lieux « de prestige » tels que les parcs et jardins à la française, ... En cas de très forte attaque, les chenilles n’ayant plus suffisamment de buis à manger peuvent s’attaquer aux plantes voisines sans que celles-ci, vraisemblablement, puissent contribuer à leur reproduction (cf cycle ci-dessous).

(JPG)
Cycle de vie
(JPG)
pyrale chenille

Outils de biocontrôle :

Installer des pièges à phéromones permet de surveiller la présence de pyrale (au stade adulte). Privilégiez un piège entonnoir vert pour attirer plus de papillons. Attention de ne pas toucher avec les doigts les capsules à phéromones lors de leur mise en place.

Le traitement biologique :

Une option biologique sont les bactéries entomopathogènes, le Bacillus thuringiensis var. kurstaki (Delfin par exemple). Cet agent pathogène est efficace lorsqu’il est ingéré par les chenilles.

Le Bacillus thuringiensis ssp. kurstaki, couramment désigné par son acronyme Btk, est une bactérie qui vit naturellement dans le sol. Depuis une trentaine d’années, on l’utilise partout dans le monde comme agent de lutte biologique pour réprimer les populations de divers insectes ravageurs forestiers et agricoles.

La chenille est infectée lorsqu’elle dévore les parties de la plante arrosée par la bactérie.

Cette bactérie produit des spores et des cristaux de protéines qui entraînent la libération d’une substance toxique dans l’intestin des chenilles. Cette substance leur corrode la paroi intestinale et a pour effet de paralyser les mâchoires de la chenille.

Quelques heures après l’absorption du produit, la chenille ne peut plus s’alimenter et meure dans les jours suivants.

Des études ont démontré l’efficacité du traitement biologique opposé aux solutions chimiques.

(JPG)
pyrale adulte

(JPG)

“ Accès rédacteur ” - “ Liens ” - “ Contact ” - “ Plan du site ” - “ Partenaires ”

Logo des Partenaires

Valid XHTML 1.0 Strict Web Informatique Service